Tout savoir sur la médiation familiale

Il existe plusieurs modes d’entrée en médiation :  de façon spontanée ou sur décisions judiciaires (injonction ou ordonnance).

Dans le cadre de la médiation spontanée, dite également conventionnelle, vous décidez, de votre « propre chef » de venir en médiation familiale pour différentes raisons, que peuvent être : un accompagnement dans l’organisation de la séparation, une révision du calcul de l’entretien et à l’éducation des enfants, une aide pour une communication plus apaisée…

Vous êtes dans une démarche volontaire et faites le choix de rencontrer un médiateur de votre propre initiative. C’est une démarche acceptée, choisie. En venant en médiation, vous semez une «graine de confiance » en choisissant de ne pas être dans une méfiance permanente de l’autre.

La justice peut aussi soumettre ce dispositif ou l’imposer. Depuis la loi du 26 mai 2004 relative au divorce, le Juge des Affaires Familiales peut vous proposer une mesure de médiation ordonnée afin de vous aider à trouver « un exercice consensuel de l’autorité parentale ». Après avoir recueilli votre accord, le magistrat désigne un médiateur libéral ou une association. Vous avez alors l’obligation de vous rendre à l’entretien d’information.

Le juge peut aussi vous enjoindre de rencontrer un médiateur familial qui vous informera sur l’objet et le déroulement de cette mesure, dans une Ordonnance de Non-Conciliation.